Success Stories
en / de / fr / ru
Imperturbable sur un terrain difficile

Henning Stapelbroek dirige depuis deux ans et demi une grande exploitation en Saxe-Anhalt. Sur ce site exigeant, il a converti l’ensemble de ses cultures au semis direct. Sa machine indispensable pour cette tâche : une Novag 650 T-Force-Plus.

Être ouvert aux défis et aux concepts inhabituels, voilà ce qui caractérise Henning Stapelbroek. Ces deux qualités lui sont très utiles dans son travail. Depuis 2020, ce jeune homme de 29 ans dirige les cultures de la coopérative agricole de Tangermünde/Buch en Saxe-Anhalt, qui s’étend sur 1 300 hectares.

Contrairement à la proche Magdeburger Börde, les conditions du site autour de Tangermünde, près de l’Elbe, sont pourtant loin d’être optimales pour une production agricole réussie. L’eau est une denrée rare dans la région, avec une moyenne d’à peine 500 millimètres de précipitations par an. À cela s’ajoutent des sols extrêmement hétérogènes, allant du sable léger à l’argile lourde.

Le semis direct, unique alternative

 » Ici, si l’on veut faire de l’agriculture de façon rentable, la seule possibilité est le semis direct « , explique Stapelbroek. Son approche : les coûts de culture des céréales ne doivent pas être supérieurs aux revenus qu’il pourrait obtenir avec un rendement de deux tonnes par hectare. Car c’est le rendement minimum qu’il obtient même les années très sèches.

C’est pourquoi, dès son entrée en fonction, il était clair que l’ensemble de la surface agricole ne devait plus être cultivé que par semis direct. L’agriculteur a l’expérience nécessaire pour cela. En effet, lors de sa formation et de son précédent emploi, il avait déjà beaucoup travaillé avec des méthodes de semis direct.

La machine la plus importante de Stapelbroek est un Novag 650 T-Force-Plus avec une largeur de travail de six mètres et 24 éléments semeurs pour un interligne de 25 centimètres. L’agriculteur apprécie surtout la robustesse de la machine, indispensable sur les sols lourds qui bordent directement l’Elbe, puisqu’elle permet de respecter la profondeur de semis en toute sécurité.

« Avec l’introduction du semis direct, nous avons complètement bouleversé la production des cultures », explique Stapelbroek. Par exemple, la rotation a été considérablement élargie. À côté de diverses variétés de céréales, il cultive aujourd’hui du maïs grain, du colza, du tournesol, des fèves et des petits-pois. Les cultures intermédiaires sont la norme pour presque toutes les cultures et la fertilisation a également été adaptée. Les sillons de labour n’existent plus.

Une seule machine pour toutes les cultures

Le Novag est utilisé pour le semis direct de toutes les cultures, qu’il s’agisse de colza d’hiver, de maïs ou de fèves. Cette machine l’a convaincu à plusieurs niveaux. « Cela commence par le fait que même avec de grandes quantités de paille, aucun hairpinning ne se produit », explique Stapelbroek. « Les graines ont toujours une bonne adhérence au sol et ne restent pas coincées dans les matières organiques rugueuses ».

Pour lui, il est particulièrement important que la machine soit capable de bien gérer les sols extrêmement variés, parfois très durs. Son expérience montre que l’adaptation automatique de la force de terrage IntelliForcePlus, qui optimise en permanence la pression en fonction de la résistance du sol, a fait ses preuves dans ce domaine.

Stapelbroek peut suivre cette fonction sur l’écran de Novag dans la cabine du tracteur.  » C’est assez incroyable de voir comment la pression varie d’un endroit à l’autre sur nos sites « , rapporte-t-il. « Même sur de petites surfaces, cela va souvent de 80 bars à la pression maximale de 200 bars. Sans cet ajustement automatique de la force d’appui, il est évident que la profondeur de semis ne serait pas aussi uniforme ».

Le semis de maïs est une discipline reine

Particulièrement lors de la culture du maïs – la discipline reine du semis direct selon Stapelbroek – la machine met en avant ses atouts. Pendant la phase de démarrage, le maïs a en effet besoin d’un sol bien ameubli et chaud. Et pour cela, la technique Novag crée des conditions idéales, que ce soit sur des sols humides ou secs.

Au début, il utilisait un semoir monograine pour les semis de maïs, mais l’année dernière, il a fait une expérience décisive. Alors qu’il commençait à pleuvoir, il dut renoncer à utiliser le semoir monograine sur un sol devenu lourd. Il sema donc le reste de la surface avec le Novag : « Bien que nous n’ayons même pas disposé les grains individuellement, les plantes sur ces surfaces étaient par la suite beaucoup plus vigoureuses et le maïs était nettement mieux implanté que sur les surfaces cultivées de manière conventionnelle ».

Stapelbroek attribue cela au fait que les disques du semoir monograine compriment fortement la zone du sol autour de la graine, surtout dans les sols humides et lourds. Cela retarde le réchauffement et rend l’enracinement plus difficile. Au contraire, lors de la dépose avec l’élément semeur T-Slot de Novag, il n’y a quasiment pas de tassement dans cette zone sensible.

Isoler avec le kit maïs Novag

Fort de cette expérience positive, il a semé cette année l’ensemble des 80 hectares de maïs à grains sur des sols lourds avec le Novag. Pour cela, il a complété sa machine avec le kit maïs Novag, qui permet d’isoler les grains avant de les déposer. Même si la qualité de la dépose n’atteint pas tout à fait le niveau d’un semoir monograine, Henning Stapelbroek est satisfait du résultat.

Cette saison, il dut toutefois faire face à des conditions très différentes. Les sols étaient très secs et durs au moment du semis. « Avec le semoir monograine, je n’aurais pas du tout pu pénétrer dans le sol », raconte Stapelbroek. Même le Novag a atteint ses limites avec une profondeur de semis de cinq centimètres. « Mais nous avons réussi à obtenir un placement propre. Et là où le Novag ne peut pas entrer, aucun semoir pour semis direct ne peut entrer », explique Stapelbroek.

Un autre point que l’agriculteur apprécie concernant le Novag est sa polyvalence. « La machine offre tout simplement un nombre incroyable de possibilités », dit Stapelbroek.  » Quand on a envie de les utiliser, c’est génial « . Et il veut utiliser ces possibilités. Selon la culture, il expérimente sans cesse différents sous-semis ou mélanges de cultures intermédiaires. Cela est rendu possible par un système variable avec des trémies de semences interchangeables et des éléments semeurs réglables individuellement, qui permettent de déposer chaque culture à une profondeur de semis optimale.

Quatre trémies avec quatre produits différents

Il exploite ces multiples possibilités de réglage en particulier pour la culture du colza. En plus de la fine graine de colza, il procède alors en un seul passage à la mise en place d’un mélange de cultures intermédiaires comme semis d’accompagnement, d’une fertilisation et d’un anti-limaces, au choix en surface ou dans le sol. « Et tout arrive exactement là où il faut », se réjouit Stapelbroek. « Nous mettons quiconque au défi d’en faire autant ! Utiliser simultanément quatre trémies avec quatre composants différents. »

Dans les céréales d’hiver également, il a déjà obtenu de premiers succès avec son concept de semis direct et le Novag. Après deux années de culture, il observe déjà une nette diminution de la présence de brome, cette plante herbacée problématique pour l’exploitation des céréales. Stapelbroek attribue cela au semis direct. La plupart des graines de brome dans les couches supérieures du sol sont entre-temps levées. Comme le Novag ne fait que fendre le sol et ne le déplace pratiquement pas lors du semis, les nouvelles graines ne remontent plus et la quantité de brome diminue de plus en plus.

Disparition des « tempêtes de sable » dans le village

Un autre effet du semis direct a même été remarqué par les voisins dans le village. Au cours de la première année de culture avec la Novag, ils se sont étonnés de ne plus voir « tempêtes de sable » traverser le village en été. De telles perturbations étaient courantes jusqu’alors, car les grandes surfaces cultivées de manière conventionnelle restaient longtemps à l’air libre, ce qui les rendait vulnérables à l’érosion due au vent.

Cela n’étonne pas Henning Stapelbroek : « Grâce au semis direct, le sol est beaucoup mieux protégé, soit par une culture intermédiaire, soit par un paillage ». À cela, s’ajoutent les avantages de la méthode sur le plan phytosanitaire. « Avec le semis direct, nous avons définitivement plus d’eau dans le sol. Le paillage réduit tout simplement l’évaporation de manière massive », explique Stapelbroek. C’est pourquoi, selon ses observations, les cultures tiennent quelques jours de plus que celles semées de manière conventionnelle en cas de sécheresse persistante.

Plus de vers de terre, meilleure structure du sol

Même au niveau de la structure du sol, les premiers changements apparaissent dès la deuxième année de culture. Stapelbroek : « Nous avons beaucoup plus de vers de terre sur nos terres qu’avant l’introduction du semis direct ». Il observe également que le sol développe une fertilité de plus en plus grande grâce aux excréments des micro-organismes dans la partie supérieure de la terre. « On peut commencer à travailler le sol beaucoup plus tôt, il porte mieux et ne colle pas », dit Stapelbroek.

Ces nombreux résultats positifs sont désormais connus des exploitations voisines, l’intérêt pour le semis direct est grand. Stapelbroek reçoit de plus en plus de demandes pour le Novag. Rien que cette année, il a déjà cultivé plus de 200 hectares en sous-traitance. Il voit ainsi son concept confirmé : « À mon avis, dans les régions sèches comme la nôtre, on ne peut pas passer à côté du semis direct. C’est ici la seule voie rationnelle et durable ».

Couvrir les coûts, même en cas de sécheresse.

Il y inclut de manière claire la rentabilité de Novag. Avec une vitesse de déplacement de huit à dix kilomètres à l’heure, il obtient un rendement de surface pouvant atteindre quatre hectares par heure. De plus, les coûts et la charge de travail liés au labour et au déchaumage pour la préparation du lit de semences sont supprimés. « Avec la charrue, il ne serait même pas possible de travailler de manière rentable les années très sèches », estime Stapelbroek.

Aujourd’hui, il obtient déjà les mêmes rendements qu’avec l’ancien système de culture conventionnelle, mais avec beaucoup moins d’efforts. Il pense toutefois qu’avec l’augmentation de la teneur en humus et une fertilité du sol toujours meilleure, il sera possible d’obtenir des rendements encore plus élevés.

Ce passionné d’expérimentation réfléchit déjà à d’autres idées pour combiner encore mieux la rotation des cultures, les cultures intermédiaires, les semis sous couvert et la fertilisation . « Avec le Novag, j’ai exactement la machine qu’il me faut pour expérimenter », dit Stapelbroek en riant.

Le déclic

Commercialiser en 2026 son propre lait certifié sans émissions de CO2 au même niveau de prix que le lait d’avoine ou de soja, telle est l’idée de l’agriculteur Lutz Decker de Bierbergen, en Basse-Saxe. Ce faisant, il s’est découvert une passion pour l’agriculture de conservation et a été le premier client de Novag en Allemagne en 2019.

« À l’époque, je n’ai pas acheté le Novag 640 pour pouvoir proposer sept ans plus tard un lait neutre en CO2. Au départ, je n’avais pas « Le grand projet ». Mais en fin de compte, une chose en entraîne une autre », souligne ce diplômé en agriculture (44 ans). En bordure de la Hildesheimer Börde aux sols très fertiles (80-100 points de sol), Lutz Decker gère avec sa femme Anke et 19 collaborateurs une exploitation agricole conventionnelle de 230 ha de cultures et de prairies permanentes ainsi que 500 bovins, dont 270 vaches laitières. En outre, il exploite avec son beau-frère Jan van Leeuwen une installation de biogaz de 3 MW, pour laquelle il fournit un encadrement rémunéré à une soixantaine d’agriculteurs en matière de semis, de recyclage du digestat et de récolte. Lutz Decker a étudié les sciences économiques et sociales de l’agriculture à Kiel, a rejoint l’exploitation agricole de ses parents en 2010 et l’a reprise en 2018. « Après 13 ans de biogaz avec un travail intensif du sol et une fertilisation au lisier ainsi que des cultures intermédiaires récoltées pour l’alimentation des animaux, nous avons observé un compactage progressif des sols et de plus en plus de symptômes de carence dans les cultures – surtout dans le maïs d’ensilage, et ce, malgré nos bons sols et des nutriments en quantité suffisante », explique-t-il.

Fertilisation selon Kinsey

C’est en cherchant une solution qu’il est entré pour la première fois en contact avec la fertilisation selon Kinsey. C’est ainsi que les choses se sont mises en mouvement et qu’en 2019 déjà, Lutz Decker avait échantillonné toutes ses surfaces, y compris les prairies, selon la méthode Kinsey et les fertilise depuis lors en conséquence. « Par la force des choses, je suis également tombé sur le légendaire essai de suivi à long terme « Oberacker » en Suisse », récapitule-t-il. Depuis 1994, on y compare les systèmes de culture par semis direct et par labour ainsi que le système de fertilisation standard et celui selon Kinsey.

« La fertilisation Kinsey combinée au semis direct donne les meilleurs résultats en matière de rendement et de qualité. L’affirmation de Kinsey selon laquelle il était totalement indifférent que le sol soit travaillé ou non m’a conforté dans mon idée de réduire les étapes de travail et l’intensité de la mécanisation. Cela m’a finalement conduit à investir en 2019 dans un prototype de l’actuel Novag TF 640 et à commencer, pour les semis d’automne de la même année, à convertir l’ensemble de notre exploitation au système de culture de l’agriculture de conservation avec semis direct », explique-t-il. Auparavant, son père et lui avaient cultivé les terres selon la méthode standard avec labour préalable ou semis sous mulch. Aujourd’hui, il en est à sa quatrième culture d’automne en semis direct.
 

Penser autrement

Mais pour cette nouvelle méthode de culture, il a surtout dû avoir un déclic, car lui aussi a suivi pendant ses études un enseignement classique sur la fertilisation, le travail du sol et la préparation du lit de semences.

Selon la définition de la FAO, l’agriculture de conservation repose sur trois grands principes : la réduction voire la suppression du travail mécanique du sol, sa couverture permanente par les intercultures et les résidus végétaux, dont au moins 30 % doivent rester en place après l’opération de semis direct, et une rotation diversifiée des cultures comprenant au moins trois espèces.

« Chez nous, la betterave sucrière, le maïs, l’ensilage de céréales entières et, dans une moindre mesure, le soja font partie de l’assolement. Le maïs ensilage va presque entièrement dans l’estomac des bovins et l’ensilage de céréales entières, souvent du triticale, dans l’installation de biogaz. Entre les cultures principales, nous établissons une, voire deux cultures intermédiaires, selon qu’elles sont suivies d’un hivernage ou d’un estivage, et nous semons du maïs et des betteraves sucrières directement dans la biomasse existante », explique l’agriculteur. Son objectif est d’obtenir une couche de paillis suffisamment épaisse pour protéger le champ cultivé du dessèchement, de l’enherbement et de l’érosion, pour le rafraîchir et pour nourrir les vers de terre. Comme cultures intermédiaires, il utilise soit des mélanges contenant ou non des légumineuses, soit du seigle. « Toutefois, cette année, en raison d’une pénurie de fourrage, nous avons décidé de récolter la culture intermédiaire pour nourrir le bétail », reconnaît-il.

Défier les fortes résistances

Selon lui, le semis direct n’est pas une culture esthétique et est également appelé « agriculture moche ». « Les cultures intermédiaires mortes au printemps peuvent être si épaisses qu’elles retardent considérablement le développement juvénile du maïs sur nos sols lourds. Certes, la plante se rattrape en général jusqu’au mois d’août, mais il faut pouvoir supporter cela en tant qu’agriculteur », fait remarquer Lutz Decker, mais il veut en fait en venir à sa technique : « Pour le semis direct, il faut un semoir qui, à travers une couche de mulch de n’importe quelle épaisseur, dépose proprement la semence de la prochaine récolte dans le sol, même si celui-ci est lourd comme chez nous. C’est l’un des points forts de Novag. Avec une pression de soc pouvant atteindre 500 kg, il surmonte même les compactages du sol dans les sillons et ses disques semeurs coupent plus profondément que l’horizon de semis, de sorte que je n’ai pas à me soucier du « hair pinning ».

La puissance requise dépend de l’état du sol et des outils de travail utilisés. Il a lui-même un tracteur de 300 CV devant un semoir de 6 m, mais il est évident que le travail devient plus facile chaque année, car le sol est sain et de plus en plus porteur. « En tant qu’exploitation d’élevage avec des sols lourds, notre plus grand défi dans les cultures est le volume et le poids élevés des charges. Nous avons besoin de la technique de Novag pour surmonter les fortes résistances du sol au cours des premières années de la transition », affirme l’agriculteur Decker avec conviction. En outre, il gère la charge du sol par le biais d’un Controlled Traffic Farming System (CTF) (agriculture à circulation contrôlée en français) et de la technique de régulation de pression des pneus.

Une utilisation simple et sûre

Il s’assoit lui-même rarement sur les machines et attache de l’importance, pour ses chauffeurs, à une manipulation et à une utilisation simples et sûres de la technique. Cela a été un élément supplémentaire dans le choix de Novag. Il fait référence à son système IntelliForce de régulation intelligente et automatique de la pression des éléments de semeurs « Avec le Novag qui était la première machine importée, nous avons entrepris à l’époque une sorte de test grandeur nature », sourit-il en louant l’excellent soutien dont il bénéficie depuis toujours de la part de l’équipe Novag. Actuellement, il reçoit encore des pièces de rechange de l’usine française, mais elles lui parviennent dans les deux jours et la nouvelle succursale de vente Novag à Hanovre va encore améliorer la situation. Au fil du temps, il a adapté certains détails de son prototype de Novag TF 640 avec un interligne de 25 cm : « Pour les semis de betteraves sucrières, par exemple, nous avons remplacé les tuyaux pour semences initialement crantés par des tuyaux lisses et plus fins, ce qui a amélioré le transport des semences de la zone de triage jusqu’aux éléments semeurs. La capacité de séparation du Novag est suffisante pour nous. La forme en T des éléments semeurs, combinée avec la coupe profonde des disques, est pour moi plus importante pour une utilisation sans préparation du sol et sous une couverture végétale qu’une séparation parfaite ».

Une largeur de travail de six mètres est surdimensionnée pour ses propres cultures, c’est pourquoi il utilise également son Novag à l’extérieur de l’exploitation et atteint une utilisation annuelle de près de 700 ha. Sa machine couvre en moyenne trois hectares par heure. « Deux de nos clients de semis direct pratiquent comme nous l’agriculture de conservation de manière conséquente », rapporte-t-il, mais il ne se considère pas comme un missionnaire de ce concept de culture. « Cela demande un changement complet et le semis direct, c’est bien plus que d’introduire mécaniquement des semences dans un sol non travaillé. Il s’agit de déployer une dynamique de nutriments dans le sol ainsi que d’améliorer et de stabiliser la structure du sol », explique l’agriculteur Decker.

Collecter des expériences

Il constate que le compte est bon en voyant la structure finement grumeleuse du « cottage cheese » qui commence déjà à se développer sur de nombreuses surfaces. Mais le changement lui a aussi coûté cher. Aussi recommande-t-il aujourd’hui de modifier la fertilisation des surfaces avant de commencer le semis direct : « En automne 2019, j’avais essayé l’inverse sur certaines surfaces. Ces semis ont eu beaucoup plus de mal. Il leur manquait, dans le sol frais, humide et ferme, la minéralisation que procure la fertilisation selon Kinsey ». Il ne peut pas expliquer complètement tous les aspects, mais il observe désormais une nette différence entre les semis d’automne et de printemps, à laquelle il pense avoir une réponse.

Alors que les semis d’automne n’ont jamais posé de problème jusqu’à présent, il s’est déjà « pris deux fois une claque » avec les semis de printemps – la première fois (en 2020) et à nouveau cette année. « Les deux fois, les conditions de semis étaient idéales, mais ensuite, il n’y a pas eu de précipitations pendant environ quatre semaines », se souvient-il. Pour les semis d’automne de « sec à humide », le semis direct fonctionne sans problème, explique-t-il en faisant référence à l’état du sol au moment et après le semis. En revanche, dans des conditions de semis humides, certains sols peuvent se fissurer au niveau de la fente de semis en cas de sécheresse prolongée. « Les sols argileux se rétractent lorsqu’ils perdent de l’eau. Cette année, les fentes de semis de Novag se sont fendues jusqu’à 1 cm de large en raison de la sécheresse printanière. Cela peut entraîner un retard de germination ou pire, comme cette année dans nos betteraves sucrières, la graine germe certes, mais les limaces ou autres ravageurs utilisent la fente de semis ouverte comme un distributeur automatique de nourriture « , explique-t-il.

L’idée du joint de dilatation

Ce n’est pas le Novag qui pose problème. Il laisse une mince entaille par rapport aux semoirs pour semis direct d’autres fabricants. « Nous voulons maintenant les équiper de roues Thompson. Ce sont des disques en forme d’étoile, travaillant en V, que nous montons à la place des rouleaux de pression. Ils doivent entailler le sol sur 5 cm à gauche et à droite de la fente de semis, sur une profondeur de 3 cm, et ainsi soulager la zone située entre les deux. Nous espérons obtenir un effet similaire à celui d’un joint de dilatation lors de la pose de carreaux », révèle Lutz Decker.

Pour cette année, il s’attend à une perte de rendement d’environ 20 % dans les betteraves et envisage d’épandre préventivement de l’anti-limace parallèlement au prochain semis. Pour l’épandage simultané de différents types de semences, d’engrais ou d’anti-limaces, son Novag dispose de quatre réservoirs de semences. Les défauts et les limaces ne sont pas les seuls problèmes de ses betteraves. En raison du manque d’ombre, il est actuellement confronté à un enherbement tardif avancé pour lequel il n’a pas encore de véritables solutions.

Cependant, il ne remet pas en question sa méthode de culture et est absolument enthousiaste : « Mes sols se développent de manière positive. Au cours des quatre dernières années, je n’ai jamais passé autant de temps dans mes champs. C’est extrêmement intéressant d’observer comment le sol et la plante réagissent lorsqu’on tourne l’une ou l’autre vis de réglage ».

Réduire l’utilisation de produits phytosanitaires

Ensuite, en tant qu’agriculteur, on arrive tôt ou tard au stade où l’on ose supprimer des pratiques. « Pour les céréales, j’ai rapidement constaté que le semis direct me permettait de supprimer les herbicides et, par conséquent, les fongicides et les régulateurs de croissance. Comme nous ne travaillons pas le sol, nous ne stimulons pas la germination des graines potentielles. Après les betteraves sucrières ou le maïs, c’est la deuxième année consécutive que nous réussissons à cultiver des céréales sans produits phytosanitaires chimiques de synthèse et, dans la mesure du possible, sans perte de rendement. Pour cela, nous semons un mélange de céréales et de vesces le jour même de la récolte du précédent cultural », explique Lutz Decker, tout en reconnaissant que la vesce peut avoir un effet négatif sur le rendement si elle se développe trop. « Mais en contrepartie, comme je l’ai déjà dit, nous économisons l’utilisation de produits phytosanitaires. Nous voulons perturber le moins possible le sol, non seulement mécaniquement, mais aussi chimiquement », argumente-t-il. Mais renoncer totalement aux produits phytosanitaires n’est définitivement pas une option pour lui. Pour l’utilisation future du glyphosate, il espère obtenir une autorisation pour le semis direct, comme le prévoit déjà la législation française.

Prochaine étape : réduire la fertilisation

C’est avec l’idée de récolter la même chose, voire plus, qu’il a commencé à passer au semis direct. Il y est également parvenu pendant l’hiver. Toutefois, les semis de printemps suivis d’une longue phase de sécheresse peuvent entraîner une baisse sensible des rendements allant jusqu’à 30 pour cent sur ses sols. « Mais jusqu’à présent, grâce aux économies réalisées sur les coûts du travail du sol, du carburant, de la main-d’œuvre et de la protection phytosanitaire, nous sommes au moins parvenus à un résultat en équilibre chaque année », résume Lutz Decker.

La prochaine étape consistera à réduire l’intensité de la fertilisation. Ainsi, la fertilisation selon Kinsey influence positivement la santé des ruminants, à condition que le rapport entre les éléments nutritifs du sol, le fourrage et l’engrais organique soit équilibré. « J’aspire à un cycle des éléments nutritifs aussi fermé que possible pour mon exploitation agricole. Aussi, je prévois de produire bientôt moi-même l’intégralité de notre fourrage pour le bétail avec du maïs grain et du soja, que ces deux cultures soient séchées avec la chaleur résiduelle de notre installation de biogaz et que les graines de soja soient grillées. En combinaison avec notre gestion défensive des surfaces par semis direct, nous pourrons réaliser les économies de CO2 nécessaires à la certification visée pour notre lait de vache », explique ce producteur laitier au sujet de sa vision.